la main de Dieu

Les dieux du foot n’ont d’yeux que pour les favoris

The invisible hands of the soccer gods. Illustration by Steve Fuchs.

Illustration par Steve Fuchs | VOA

S’il y avait des dieux du foot, pour qui voteraient-ils? J’ai coutume de penser que le football, c’est 60% de ballon (le savoir jouer) et 40% de chance. A qui donc ces dieux donneraient –ils cette chance ?

Il semble bien que cette question a bien déjà été tranchée car les dieux du foot n’ont d’yeux que pour les favoris, du moins lorsqu’on se réfère aux résultats des 8e de finale du mondial 2014.

Que le Chili ait pu dompter de bout en bout le Brésil, pays organisateur, favoris devant l’éternel; que le Mexique domine et mène (1-0) une bonne partie du match contre les Pays-Bas, eh bien, cela n’a pas suffi pour qu’ils se qualifient et pourquoi ? Parce qu’ils n’ont pas eu cette chance.

Une main, oh combien invisible et injuste a dû donner la victoire aux équipes dominées, mais qui étaient toutes favorites sur papier. Ce fut le cas du match Algérie-Allemagne et de France-Nigeria. Les Africains ont beau sorti le grand et dominé leurs sujets, ils ne verront pas cette année les quarts.

Ce qui nous laisse croire que le plus souvent les dieux du foot n’ont d’yeux que pour les favoris quelle que soit la performance de leurs adversaires. Ces derniers peuvent se consoler d’avoir livré un match héroïque.

Les dieux du foot existent bien. Le foot serait moins prévisible, si peut-être, il n’y avait pas “la main de Dieu” dans le jeu.