Côte d’Ivoire

Eléphants: « Cette année est notre année »

https://www.youtube.com/watch?v=HKm5AP0udL8

Avant de s’envoler ce mercredi pour le Texas pour supporter son équipe nationale, qui va livrer un match amical contre le Salvador, l’ambassadeur de Côte-d’Ivoire aux États-Unis, Daouda Diabaté, a lancé un message de mobilisation autour des Eléphants.

“Pour tous les Ivoiriens, le football est un facteur d’unification », assure M. Diabaté. L’équipe nationale de Côte-d’Ivoire, les Eléphants, qui sont en préparation ici aux Etats-Unis, devront continuer au Brésil dans les prochains jours.

Concernant les chances des Eléphants, l’ambassadeur espère que l’équipe ira loin. « Cette année est notre année », a-t-il dit, ajoutant : “Nous sommes extrêmement fiers de nos joueurs, car ils ont travaillé très dur pour jouer sur la scène mondiale ».

Perspective

Le Cameroun rassure, les Éléphants nous laissent sur notre faim

Samuel Eto'o

L’Allemand Mats Hummels, à droite, et le Camerounais Samuel Eto’o du Cameroun se disputent la balle lors d’un match amical entre l’Allemagne et le Cameroun à Moenchengladbach, en Allemagne. Michael Probst | AP

Les Lions indomptables, qui ont su compter sur le retour de certains de leurs éléments clés, notamment leur capitaine Samuel Eto’o, ont montré qu’ils ont des ressources et qu’on peut bien compter sur eux pour ce mondial. Lors du match amical très intéressant, dimanche 1er juin, contre l’Allemagne, on a vu des Lions très entreprenants. La cohésion de l’équipe camerounaise était nettement visible, avec un duo de choc en attaque : Choupo-Moting et Samuel Eto’o. Un Samuel Eto’o qui a marqué, à cette occasion, son 56e but pour le compte des Lions Indomptables.

Le match contre l’Allemagne a été un test concluant. Le Cameroun a su régler le problème de son couloir droit, qui était très inquiétant, et qui a été redynamisé. Du coup, l’équipe, qui n’a pas un meneur type, peut, à tout, moment utiliser ses couloirs pour remonter facilement le ballon pour Choupo-Moting et Samuel Eto’o. On remarque aussi que la défense centrale camerounaise, avec le duo Matip-Nkulu, est plus posée.

Didier Drogba

L’Ivoirien Didier Drogba (11) célèbre son but sur penalty lors d’un match international contre la Bosnie Herzégovine le 30 mai 2014, à St. Louis. La Bosnie-Herzégovine a remporté cette partie par 2 à 1. Jeff Roberson | AP

Par contre, les Eléphants de Côte d’Ivoire ont été décevants, du moins pendant la première mi-temps de leur match de vendredi soir contre la Bosnie. Les Ivoiriens, avec un jeu décousu, n’ont pas donné l’impression d’être prêts pour la coupe du monde. C’est vrai que la plupart des titulaires, comme les frères Touré ou Gervinho, n’étaient pas là. Points positifs : en seconde mi-temps, l’équipe était plus entreprenante, et l’entrée de Didier Drogba a changé la physionomie du match.

On devra encore attendre le dernier match de préparation pour être complètement situé sur la santé des Eléphants.

Les éléphants

La Côte d’Ivoire en chiffres

Cameroon World Cup

Illustration par Steve Fuchs | VOA

0 comme le nombre de fois où un entraineur ivoirien a dirigé les Eléphants lors d’une phase finale de la coupe du monde : Henri Michel, Sven-Göran Eriksson et Sabri Lamouchi ont occupé le poste de sélectionneur lors de ces trois tournois
1 comme le nombre d’équipe professionnelle entrainée par Sabri Lamouchi. Le technicien français n’avait jamais dirigé une formation (club ou sélection) avant d’être nommé par la fédération ivoirienne en 2012. Une inexpérience qui n’en finit pas d’alimenter les débats dans la presse ivoirienne.
3 comme le nombre de participations à une phase finale de la Coupe du Monde : 2006, 2010, 2014. Les Eléphants n’ont jamais dépassé le premier tour. Jamais deux sans trois ?
36 comme l’âge de Didier Drogba, la star incontournable de la sélection ivoirienne. Lors des éditions précédentes, Drogba n’a marqué que deux fois (contre l’Argentine en 2006 et le Brésil 2010). L’Ivoirien dispute sans doute sa dernière coupe du monde sous le maillot orange.
20.700.000 de dollars comme les gains de Yaya Touré (salaire + contrats publicitaires) ! Le triple joueur africain de l’année est la star ivoirienne la plus régulière depuis 5 ans.